Bruson, Verbier, Vals de Bagnes et d'Entremont
professeur yoga verbier

Yoga, Pilates, Sophrologie

Blog

Contre l'épuisement - Le retour à soi - III

Publié le 15 avril 2019 à 13:25

Un article fort intéressant du Temps évoquant les raisons et effets de l’épuisement ressenti par le travailleur en fin de journée m’a grandement interpellée. En effet, l'analyse pertinente qui apporte réponse au pourquoi et au comment de l'épuisement, m'a immédiatement renvoyée au "que faire". Comment s'en sortir ?

Car voilà, nous voyons au fil de la journée notre patience se déliter à mesure que les heures s’égrènent et la charmante réflexion de notre collègue acceptable à 10h devient tout simplement imbuvable à 17h. Le contrôle mis en œuvre, notamment, pour ne pas clouer ce charmant « cadre » au mur aura vidé encore un peu plus notre capital résistance et tolérance. C’est alors qu’en rentrant, la volonté de passer à la salle de sport sera simplement grignotée par les excuses les plus variées, tout comme les chips auxquelles nous avions décidé de renoncer. Le cercle est vicieux, pesant. Négatif en tous points.

Une première prise de conscience de cet état de fait, des émotions et comportements engendrés est tout d’abord salutaire.

Maintenant ce qui nous intéresse, c’est la manière de gérer cette situation, sortir de la case problème constaté et s’ancrer sur la case solutions, car il y en a.

Durant notre journée, nous démarrons notre activité au saut du lit et nous enchaînons les tâches nécessaires à l’organisation privée et aux résultats professionnels. Combien d’entre nous prennent le temps de se recentrer quelques minutes, 2 ou 3 fois dans la journée, après une vive émotion ou encore avant une tâche difficile ? Combien d’entre nous tentent pour les tâches les plus ardues ou précieuses de n’être que là, tout entier à leur affaire, impliqués et présents à leur action.

Il va de soi que la parade : « Je n’ai pas le temps, j’ai des obligations. » n’est pas compatible avec le respect et le soutien de notre écologie personnelle. Elle n’est d’ailleurs pas non plus recevable pour la bonne et simple raison qu’il ne s’agit pas de passer 3 heures par jour sur un coussin de méditation. Je recommande en ce sens toujours à mes élèves de préférer pratiquer plutôt quelques minutes par jour que 2 heures d’affilée chaque quinzaine et de laisser de côté l’idée que quelques minutes sont inutiles. Bien au contraire ces quelques minutes seront essentielles, vitales, régénérantes. Que ce soit quelques postures choisies de yoga non pour un exploit à poster sur Insta mais pour soi, un exercice de respiration, une relaxation du corps, une connexion avec son environnement, un retour sur une pensée, une image, un objet, chacun ressource et générateur de positif.

Le retour à soi passe par le corps, les sensations du corps, la respiration du corps, la conscience du corps pour retrouver un équilibre dans l’entièreté de l’être et laisser à la tête un temps pour reposer. Le positif, lui, décuple nos capacités, nous rend plus résistant dans les situations moins confortables et peut se travailler dans tous les espaces temporels, passé, présent et futur. Cela étant pour le voir, s’en nourrir et en imprégner nos actions, nous devons décider de leur faire une place de choix dans le déroulé de nos vies. Il s'agit là d'ailleurs, de la démarche souveraine de la sophrologie : découverte, conquête et transformation.


Catégories : Aucun

Publier un commentaire

Oups !

Oops, you forgot something.

Oups !

Les mots que vous avez saisis ne correspondent pas au texte affiché. Veuillez réessayer.

0 commentaires